article dans PME magazine.

Article dans PME Magazine

Des Suisses assez satisfaits de leur job!


Malgré la grogne ambiante, près de 80% des employés assurent être satisfaits de leur travail en Suisse. Un taux qui ne change guère avec les années. A peine 10% sont activement à la recherche d'un autre emploi.

 

A l'heure où l'on parle un peu partout de burn out, de stress, d'addiction au travail, ou encore de la nécessité à revenir à un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, il est intéressant de se pencher sur les études publiées régulièrement par l'entreprise de travail temporaire Randstad. Elles montrent que le niveau de satisfaction au travail, en Suisse, est non seulement élevé (dans les 80%) mais qu'il reste stable au cours des ans. Certes, les travailleurs suisses ne sont jamais en tête de ce classement - on retrouve avec surprise sur le podium des pays comme le Mexique ou l'Inde mais ils se situent toujours dans le premier tiers. Devant nos grands voisins comme la France, l'Allemagne ou l'Italie, où environ un tiers des travailleurs se disent insatisfaits de leur emploi. Très loin devant Singapour, Hong Kong ou le Japon, qui trustent avec régularité les dernières places de ce classement, avec souvent moins de la moitié des travailleurs satisfaits. 

 

A noter que c'est le secteur tertiaire qui rend le plus heureux au travail (presque 90%), suivi par le secteur administratif et les organisations à but non lucratif. En fin de classement se trouvent les employés des télécoms ainsi que ceux du commerce et de la distribution. A noter encore, comme le relève 24 Heures, que ces chiffres correspondent peu ou prou à ceux de l'Office fédéral de la statistique (OFS), selon qui 80% des Suisses étaient satisfaits de l'ambiance au travail. Par contre, une petite moitié seulement estime jouir d'assez de temps pour faire ce qu'elle veut. Plus de la moitié juge avoir une situation financière personnelle satisfaisante et se dit assez payée. 

 

Ce haut degré de satisfaction au travail a aussi des conséquences connexes intéressantes pour les entreprises: en effet, à peine plus de 10% des employés suisses se disent activement à la recherche d'un autre emploi, grosso modo le même taux que dans tous les grands pays d'Europe. A l'autre extrémité, ce taux grimpe à près de 40% en Inde, où les opportunités sont nombreuses. Ce qui laisse quand même en Suisse, et c'est une moins bonne nouvelle pour les entreprises, près de 10% d'employés qui ne sont pas contents de leur travail mais qui ne cherchent quand même pas à en changer. Un taux qui monte à 40% au Japon! Pas facile de motiver ces collaborateurs dans ces conditions.

articles similaires

 

retour à la page précédente

Commentaires

Aucun commentaire n'est publié

Ecrivez un commentaire

  1.  
commenter