baromètre du travail de randstad t1/2016.

Baromètre du travail de Randstad T1/2016:
Les travailleurs suisses souhaitent voyager dans le cadre de leur travail

Les entreprises tournées vers l'international sont particulièrement appréciées des travailleurs suisses. C'est ce qui ressort de la dernière édition du baromètre du travail de Randstad. À peu près 50 % des travailleurs souhaitent exercer un emploi leur permettant d'effectuer des voyages d'affaires à l'étranger. Presque autant seraient même prêts à quitter la Suisse pour exercer le travail de leur rêve.

Les employeurs suisses orientés vers l'international peuvent marquer des points auprès des travailleurs suisses. Ainsi, un quart des personnes interrogées indique souhaiter collaborer avec des collègues d'autres pays. C'est le cas pour toutes les femmes et tous les hommes interrogés ainsi que pour toutes les tranches d'âge. Le sondage a en outre mis en lumière le fait que 46 % des travailleurs suisses souhaitent obtenir un emploi dans lequel ils pourraient effectuer des voyages d'affaires à l'étranger. Ils sont même 51 % parmi les 25-34 ans. Ce groupe d'âge inclut notamment des jeunes tout droit sortis de l'université. Les emplois offrant des possibilités de déplacements sont particulièrement appréciés par un grand nombre de jeunes diplômés.

Divergence entre rêve et réalité
Près de la moitié des travailleurs aimerait voyager, mais les voyages à l'étranger ne constituent le quotidien que de 17 % d'entre eux. Cette valeur est, avec 24 %, deux fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes (11 %). Ce sont surtout les très jeunes salariés, entre 18 et 24 ans, qui travaillent hors des frontières du pays (29 %). Dans la tranche d'âge des 25-34 ans, cette valeur chute, les voyages d'affaires internationaux ne constituant le quotidien professionnel que de 14 % d'entre eux.

Travailler à l'étranger est très attrayant
Travailler à l'étranger intéresse autant les hommes que les femmes. Près de la moitié d'entre eux trouverait passionnant de travailler au moins une fois à l'étranger. Cet intérêt est en croissance constante chez les 18-34 ans puis décroit à mesure que l'âge augmente. Cela tend à prouver que la volonté et l'envie de voyager sont étroitement liées au projet de fonder un foyer. Car la volonté et l'envie de voyager remontent lorsque les enfants sont un peu plus âgés et plus indépendants. 49 % des participants à l'enquête ont également indiqué qu'ils seraient prêts à déménager à l'étranger si un emploi intéressant leur était proposé. Là encore, l'enthousiasme est au plus fort chez les plus jeunes : deux tiers des 18-24 ans quitteraient la Suisse pour le travail de leur rêve.

Les voyages internationaux élargissent l'horizon
Les participants à l'enquête s'accordent à dire que voyager dans le cadre de son travail peut constituer une véritable plus-value. Les travailleurs qui voyagent dans un cadre professionnel peuvent en profiter à plusieurs égards : ils entrent en contact avec des personnes aux profils extrêmement variés venant de divers pays et régions linguistiques. Et ils découvrent les cultures d'entreprise à l'étranger. Nathalie Zihlmann, directrice RH chez Randstad (Suisse) AG est également de cet avis : « pouvoir se déplacer pour affaires dans un environnement international élargit non seulement l'horizon professionnel et culturel mais contribue également au développement personnel. Il ne faut ici toutefois pas perdre de vue le fait que des voyages fréquents peuvent également impliquer du stress et que cela peut influer sur la santé ou l'investissement, et ce surtout en cas de séjours réguliers et courts dans d'autres fuseaux horaires. »

Randstad Mobility Index
Le Mobility Index de Randstad indique combien de salariés envisagent, au cours des six mois à venir, de changer d’emploi et d’occuper un nouveau poste comparable à leur emploi actuel. En Suisse, l'indice a diminué au premier trimestre 2016, passant de 102 à 99 points (-3).

retour à la page précédente

Commentaires

Aucun commentaire n'est publié

Ecrivez un commentaire

  1.  
commenter