baromètre du travail de randstad t2/2014.

Baromètre du travail de Randstad T2/2014

Le travail temporaire – un tremplin idéal en vue d’un emploi fixe


Le travail temporaire est généralement considéré comme un job destiné à des jeunes non encore préoccupés par leur carrière ou entre deux voyages autour de la planète. Les résultats de l’enquête menée par Randstad (T2/2014) auprès des salariés vont à l’encontre de ce préjugé. Ils montrent également à quel point la technologie influence notre travail.

Le travail temporaire serait-il réservé aux jeunes? Bien que ce préjugé soit largement répandu, seuls 35% des employés suisses sont de cet avis. La majorité (65%) estime que le travail temporaire est destiné à tous les employés; 76% considèrent même qu’il constitue un tremplin idéal en vue d’un emploi fixe (hommes: 72%; femmes: 80%). Et ce, à la différence de nosvoisins, où le travail temporaire n’a pas l’image positive qu’il a en Suisse. 

Les spécialistes du recrutement sont utiles lors de la recherche d’un emploi
Près de trois quarts (73%) des Suisses feraient appel aux services d’une agence de recrutement s’ils étaient sans emploi et à la recherche d’un poste. Cette valeur se situe au-dessus de la moyenne mondiale (69%) et est nettement supérieure à celle observée dans les pays voisins tels que l’Allemagne (52%) et surtout l’Autriche qui, avec 40%, représente la valeur la plus basse au niveau mondial. Cette opinion très positive est due au standard élevé en matière de qualité et à l’excellente réputation des agences de recrutement en Suisse.

Les Suisses sont flexibles quand leur carrière est en jeu
En règle générale, les Suisses sont satisfaits de leur emploi actuel: 66% estiment que leur poste leur correspond parfaitement. Néanmoins, ils changeraient volontiers d’emploi si cela devait améliorer leurs perspectives de carrière (58%) ou leur salaire (66%).

La raison réside peut-être dans le fait que les salariés profitent en Suisse de perspectives de carrière particulièrement flexibles. Deux tiers indiquent être parfaitement en mesure de changer à tout moment leur parcours professionnel. Et seuls 32% estiment que le premier emploi détermine la suite de leur carrière. En Suisse, plus de la moitié (53%) des salariés choisiraient la même formation si c’était à refaire (hommes: 55%; femmes: 53%).

La technologie, une opportunité
L’évolution technologique a une très grande influence sur les emplois: 59% des Suisses partagent cette opinion. Cette majorité ne ressent pas cela comme une chose négative. Plus des deux tiers (67%) considèrent que l’évolution technologique est une opportunité pour leur emploi. 

Index de mobilité a augmenté
Sur le plan international, l’index de mobilité a augmenté d’un pour cent depuis le premier trimestre de 2014, passant à 109. Cet index indique le nombre de salariés qui pensent changer d’emploi pour un nouveau poste comparable au cours des six prochains mois. En Suisse, cet index se situe actuellement à 103 points (+5).

articles similaires

 

retour à la page précédente

Commentaires

Aucun commentaire n'est publié

Ecrivez un commentaire

  1.  
commenter